jeudi 25 mars 2021

Les jambes de Melvil Poupaud

Les jambes de Melvil Poupaud - ou « Laurence Anyways »


Hier soir j’ai bataillé dur pour le choix d’un programme télé. La veille j’avais réussi à placer une heure trente de documentaire ARTE sur la Commune de Paris à mes enfants. Autant dire que je croyais à ma force de persuasion télévisuelle en airain : illusion que cela. 


Hier soir J’avais cuisiné des burgers donc je pensais être en mesure de placer un petit Scorcese des familles où des mecs en costards croisés cintrés ociraient leurs ennemis à coups de gun rutilants. Je tenais fermement la télécommande que j’ai hélas du  céder face à une coalition familiale hostile...


On a fini devant les jambes gainées de Melvil Poupaud devant ce film du canadien Xavier Dolan, « Laurence Anyways ». 


Mon fils de 12 ans n’a pas tenu une minute (il est dans une phase machiste viriliste) , celui de 9 ans faisait discrètement ses exercices de Maths en matant d’un œil les ébats du couple à l’écran...puis je crois qu’il a lâché l’affaire quand Lawrence le garçon est devenu Laurence la fille. 



« Laurence Anyways » c’est quand même L’histoire d’un garçon raffiné (il aime lire, écrit des romans et enseigne la littérature)  qui se sent fille et qui finit par s’habiller fille tout en continuant à faire sa fête à sa petite amie qui tombe enceinte et avorte. Sa mère n’aime pas ses jupes, son père est un con rivé devant sa télé, ses amies lesbiennes le comprendraient bien mais y en a une qui est quand même un peu jalouse de cette nouvelle fille qui arrive sur le marché.


Je sais pas si on a fait avancer chez nous la grande cause de l’identité transgenre (le seul transgenre que je connaisse est Olivier Veran et ce n’est pas simple de mettre des portes jarretelles quand on doit assurer si souvent des conférences de presse sur la Covid) mais sincèrement je trouve que Melvil Poupaud a des jambes de feu.


En plus dans le film de Dolan le Lawrence il est écrivain à succès et poète, ses étudiantes le kiffent évidement, et ses étudiants le jalousent un peu aussi. Bref une star de la fac. Qui choisit de saborder ça juste pour le plaisir de porter des strings. Il se fait virer par ses collègues sous la pression d’une coalition de parents. La porte pour un string c’est cher payé non ? 


Les bas de soie de Laurence, certes, Ça nous change des islamo-gauchistes qui ont des vilains poils dans le nez à la fac de Villetaneuse  et des pantalons côtelés même en été !


Je veux des trans à la fac, je sais pas s’ils seront moins gauchistes que les autres mais ils seront plus craquants ! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire